Pakistan : Exploitation des ouvrières et ouvriers du textile

Pakistan : Exploitation des ouvrières et ouvriers du textile


L’industrie du vêtement au Pakistan est l’un des principaux employeurs de ce pays. Des millions de travailleurs sont victimes d’exploitation et d’abus. Le droit national du travail du gouvernement dit une chose, mais la réalité est totalement différente. La taille des usines va de méga-usines employant des milliers de personnes aux petites usines employant quelques dizaines de personnes, voire moins. Il est probable que dans une petite usine anonyme, non réglementée et non enregistrée on constatera davantage de violations des droits des travailleurs mais de manière significative, l’ensemble du secteur est miné par ces problèmes systémiques. Les travailleurs sont traités comme du bétail, ils commencent tôt le matin et doivent souvent travailler sans interruption. Ils n’ont pas de pauses pour aller aux toilettes et travaillent dans des conditions peu hygiéniques. Les normes de sécurité ne sont pas toujours respectées. Dès qu’un employé demande la moindre chose, il risque de perdre son emploi. Le nombre élevé de personnes qui travaillent sans contrat officiel est alarmant et l’absence d’un contrat signifie qu’il est très difficile de faire appliquer le droit du travail. La loi relative au salaire minimum n’est souvent pas respectée. Les horaires de travail au Pakistan sont très longs, et vont souvent au-delà de la limite légale. Il y a une grande disparité entre les salaires des hommes et des femmes. Si un homme a un salaire mensuel de 30 000 roupies [200 euros], alors une femme aura la moitié, 15 000 roupies [100 euros]. Les femmes sont exploitées. La plupart des travailleurs dans les usines ne savent pas qu’ils ont le droit de se syndiquer. Si quelqu’un commence à parler des droits des travailleurs, les propriétaires de l’usine le menacent. Ou bien ils mettent ces travailleurs à la porte. Les gouvernements qui se sont succédé ont pris des mesures fortes contre la formation de syndicats et donc au cours des 30 dernières années, les syndicats sont devenu quasi-inexistants. Au cœur de ce problème se trouve le manque de volonté ou de capacité des représentants du ministère du Travail pakistanais de défendre les droits des travailleurs. PARTAGEZ CETTE VIDÉO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *